mardi 2 septembre 2014

ARCHIVES PHOTO LES PIONNIERES DE LA WIMA

Les pionnières de la WOMEN'S INTERNATIONAL MOTORCYCLE ASSOCIATION -

WIMA
http://www.wimaworld.com/www/historic_photos.php
Les photos peuvent être visionnées en plein écran

Motarde

DR
Source ? Date ? Lieu ?

Motarde

DR
Lieu ? Date ? Source ?

vendredi 6 mai 2011

Elspeth Beard


Droits réservés
in Queensland, Australia in 1983

D.R.
"in London in 1982 just before I left on my trip" Elspeth Beard

D.R.
India in 1983

D.R.
Londres. Picture "was taken at the end of my round the world solo motorbike trip in 1984", Elspeth Beard
Bike 1974 R 60/6 BMW

jeudi 28 octobre 2010

Agnès Acker

Saint-Louis, USA, 1972
Source : Agnès Acker

Col des Croix, 1971
Source : Agnès Acker

Agnès dans le "deutsches Eck" dit le Caroussel au Nurburgring
Source : ADAC

Epreuves d'endurance (400 à 600 km à moyenne imposée, puis épreuve de vitesse pure) avec une moto 315 cc Suzuki (appelée à tort "350"), gonflée par son mari Roby (180,2 km/h chronométrée électroniquement à Hockenheim) sans rien changer à l'aspect extérieur, comme exigé par le règlement de ces épreuves pour "machines de série".

J'ai récolté 6 médailles d'or (10% du plus rapide dont la yamaha était super gonflée en Hollande) et mon meilleur score = 5e place (rien que des messieurs en lice). Dans "das Motorrrad" j'étais nommée la + rapide amazone d'Allemagne !

Agnès Acker


Nurburgring et à Hockenheim en 71-73 - images d'amateurs, diapos numérisées
Source photos : Agnès Acker

Epuisée après 600 km d'endurance et une épreuve de vitesse, sous la pluie, Agnès Acker


Contrôle sur parcours de liaison

Attention au départ de l'épreuve de vitesse au Nurburgring (Agnès Acker =205)


SudSchleife du Nurburgring 205=Agnes

jeudi 16 septembre 2010

Sally Halterman

Sally Halterman est la première femme à obtenir son permis dans la Capital. Washington, D.C. en 1937.

Un article du Washington Post de 1937 parle de Sally Robinson et non Sally Halterman.

Photo de Sally in Library of Congress research archive, creator : Harris & Ewing, photographer

lundi 3 novembre 2008

Avis & Effie Hotchkiss

1915
La mère et la fille Hotchkiss ont traversé les Etats-Unis de New-York à San Francisco, avec un side-car.
Photo provenant The Harley-Davidson Dealer, sept 1915

vendredi 17 octobre 2008

Bernice Brookes

Bernice Brookes 1914 - 1984 Nouvelle Zélande, près de Auckland.
La photo aurait éte pris entre 1930 et 1940, peut-être 1935.
Collection privée de Jenny Kelso (sa petite-fille).

mercredi 15 octobre 2008

Fay Taylor


Source : blog The Vintagent

Fay est née en 1904 en Irlande. A l'âge de 21 ans, elle commence à voyager dans le monde et à faire des courses en Angleterre, en Australie et en Nouvelle-Zélande.
Australian newspaper in 1930, "
“All my life I have enjoyed sports of all kinds, and when I chanced to come upon motor cycling I took to it at once, and loved going at speed. And I’ve always loved mechanical things – anything
with wheels. When I was quite a tiny tot I would prefer playing with toy engines rather than dolls.

“Whilst I think that dirt-track racing is essentially for men, because they are stronger and better fitted to meet the strain, I do not think it should be taboo for women who can prove themselves capable.


“If a woman is strong enough and enjoys the thrills, if she can take the sport as the men do, she is in for a good time. But she has to exercise greater care, for it is easier for her to overdo things. Nevertheless, she need not lose her femininity over the job. I know there are people who think that there is something abominable about a woman on the dirt-track. But it merely shows her adaptability. She can be just as normal in the leather gear of a speed merchant as she is in a billowy evening frock.

“When, three years ago, I got my first motorbike, I was told I should break my neck. But I didn’t! In fact, I entered for the Southern Scots Scramble at Camberley in that same year. It was a gruelling test for both
machine and rider, but more especially for the rider.

“Think of it! Forty-eight miles of rough going over hills, up and down. Much against his will, and after a great deal of persuasion, an uncle had financed me for this event. I had sworn to win it! He didn’t believe it possible. But, I felt it was, because I wanted it to be the means of making a new career. So I kept on saying to myself: ‘Girl, you must win!’ And win I did! From that date my career as a racing motorcyclist began.


But it costs money to become a recognised racing motorcyclist, and, what is more, a woman has to face a great deal of opposition before anyone will take her seriously. I approached the manufacturers. But at that time they felt that my riding was too wild. Apparently they could get no advertisement out of my exhibitions because my stuff would not appeal to women riders.

“And then I had a road accident, injuring my knee. A specialist advised an operation, which was successful. I then got work with a firm of motorcycle manufacturers in their showrooms at Birmingham.

“But I wanted speed. I had won a score or so of cups, but you can’t live on cups! When, in the early part of last year, I saw the dirt track speeding, I made up my mind to go in for these new thrills. I was refused admission to three speedway tracks, one after the other.


“Then, whilst the officials were in the Isle of Man last year for the T.T. races, I took advantage of their absence to test myself on the dirt track at Crystal Palace. The result was that, by the time they returned, I was able to show them efficiency in the new sport.

“I was established, and, as is generally known, I made the most of my opportunities there during the summer of last year. Even a woman can get what she wants, when her want is strong
enough.

“Then came my Australian tour. I was repeatedly told that the Australians would not allow a woman to ride on their tracks. But I was given my chance, and put up the fastest time of the
meetings at several States when I defeated well-known champions.

Our tracks are much smaller than the Australian dirt tracks, which, I think, makes racing here more of a nerve test. The smaller the track, the more bends in a given distance, and the more thrills.”

Sources et éléments bibliographiques

Réaliser une recherche sur les premières / "pionnières" motardes est plus aisée aujourd'hui avec internet face à la pauvreté des sources. Mais au fur et à mesure, le puzzle se constitue. Je contacte des passioné(e)s, les fédérations nationales, j'obtiens des noms sur un site ou un autre, des éléments biographiques, des photos, des témoignages. La plupart des informations sont en anglais, ce qui ne me facilite pas la tâche.

Merci à tous ceux et celles qui m'ont déjà livré de précieuses sources ou photos.

Louise Scherbyn

"Louise Scherbyn - Pioneer Cyclist"
, par Alice Turner, Road Rider magazine, 1974.
"Scherbyn Obituary", Finger Lakes Times, 2003

Violette Morris
"Une étrange championne", L'Enthousiaste, Dominique Pascal, janv. 1979
Miroir du Sport, n° du 14 avril 1921
Miroir des Sports, n° 260 du 3 juin 1925
"Violette Morris, la hyène de la Gestapo", de Raymond Ruffin, éd. Le Cherche Midi, 2004
"L'Honneur ratatiné d'une athlète lesbienne en 1930", de Christian Gury, éd. Kimé, 1999
"Violette Morris, la Gestapiste", de Jean-Emile Neaumet, éd. Fleuve Noir, coll. Crime Story, 1994

Juliette Steiner
"Juliette, pionnière de la moto. Tout simplement libre..."
in motos sport Suisse, 09.09.04

Linda Bootherstone
"Sixty, and she's still vrooming", The Hindu, 22.02.2006

Fay Taylor
- "Fay Taylor, Queen of Speedway", Brian Belton, 2006
- Critique du livre de Brian Belton
- Fay Taylor sur un blog

Avis & Effie Hotchkiss
- Une présentation de Avis et Effie Hotchkiss sur le site de Harley-Davidson

Dot Robinson (1912-1999)

Dot Robinson est née 22 avril 1912, en Australia. Une biographie et des photos sont disponibles sur le site du musée de l'AMA, The American Motorcyclist Association.
Elle a gagné plusieurs courses dans les années 1930 et 1940.
Plus d'un million de km sur 35 Harley différentes. Elle avait 85 ans et pilotait sa dernière Harley.
Elle décède le 8 octobre 1999.

Clara Wagner

En 1910, Clara Wagner gagne une course d'endurance entre Chicago et Indianapolis. Elle est déclarée hors concours.

mardi 14 octobre 2008

Violette Morris

Début de compétition moto, avec l'équipe de Jean Thomann, 1925.
Source : "Une étrange championne", L'Enthousiaste, Dominique Pascal, janv. 1979

Violette Morris, de son vrai nom Violette Gouraud. Né en 1895 à Paris.
Révélation de la mécanique à 10 ans.
Pratique la boxe.

Pendant la guerre, elle est volontaire pour le rôle d'estafette avec sa motocyclette.
Pilote les ambulances à la Croix-rouge.

Motocycliste de liaison, elle porte des plis tous les jours sur un circuit passant par Noyon - Ham Soissons et Meaux.
Pratique de l'athlétisme après la guerre. Lance le poids, le disque.
Footballeuse internationale.
Fait une ablation de ses seins, qu'elle jugeait gênant dans les voitures de compétition.

Vainqueur du Bol d'Or en 1927 sur Benjamin, sur 1100 BMC.

Propriétaire d'un magasin d'accessoires automobile à Paris.

Ensuite sa vie va déraper. Elle travaille pour la Gestapo. L'ancienne championne espionne la France pour le compte du Reich et devient tortionnaire. Elle finira sous les feux d'une mitraillette.

Source : "Une étrange championne", L'Enthousiaste, Dominique Pascal, janv. 1979

Autres sources :

Miroir du Sport, n° du 14 avril 1921
Miroir des Sports, n° 260 du 3 juin 1925
Violette Morris, la hyène de la Gestapo, de Raymond Ruffin, éd. Le Cherche Midi, 2004
L'Honneur ratatiné d'une athlète lesbienne en 1930, de Christian Gury, éd. Kimé, 1999
Violette Morris, la Gestapiste, de Jean-Emile Neaumet, éd. Fleuve Noir, coll. Crime Story, 1994

lundi 13 octobre 2008

Qu'entend-on par "pionnières" ?

Qu'est ce que nous évoque le mot de "pionnière" ? Pourquoi parle t on de pionnières et qui parle de pionnières ? Comment ces femmes sont placées dans cette catégorie de "pionnière" ?

Qui sont ces femmes que l'on qualifie communément d'aventurières ou de pionnières ?

Etre pionnière est-ce décider d'innover quelque chose d'inédit ?

Il y a une notion d'"aventure" au sens d'une rupture avec les normes, la routine, les codes, les coutumes, les rites. Refus de suivre la morale commune. Rupture avec le conformisme. Contestation. Idée de transgression, de déviance.

On pourra lire à propos des "pionnières", ici et là :

J'ai noté quelques extraits :

*Femmes différentes des autres par leur force et leur particularité. Savoir connaître leur instinct et soutenir leur désir.

*Ne laisser personne, aucun être, aucune idée, aucune peur, les détourner de l'essentiel.

*Evolution de la société, de l'image de la femme et de la place qu'elle revendique.

*Aujourd'hui, voir une femme à moto est devenue quelque chose d'ordinaire.

*Avant que mai 68 ne vienne revendiquer l'égalité des sexes et la liberté individuelle, il y avait des choses destinées aux hommes et d'autres réservées aux femmes.

*Pourquoi partent elles à l'aventure ? Parfum de liberté. L'obéissance, c'est la mort. Leur curiosité du monde et la quête de leur propre vérité passe par ce courage là : celui de désobéir. Qu'est-ce que l'aventure au féminin. Soif de vérité. Curiosité. Sentiment de ne pas appartenir à la société qui les entoure. Peur, immense crainte de ne jamais se réaliser. Partager le même besoin de se distinguer, le même orgueil, la même solitude.

*Elles contestent les idées reçues.

*Si la guerre était une activité masculine, l'occupation des postes de travail vacants par les femmes restées au pays ne revêtait pas le caractère d'un droit, mais celui d'une nécessité ne devant pas remettre en cause l'ordre établi. Pourtant, après la Grande Guerre, les choses allaient changer peu à peu.

*Dans ce contexte, conduire un véhicule à moteur, qui plus est une moto, n'était pas bien vu dans les milieux populaires. Pourtant il y a dans l'histoire de la moto féminine des actrices aussi brillantes et extraordinaires que modestes et simples. Certaines femmes ont aimé la moto, comme loisir, comme moyen de voyage et de rencontre, comme objet de liberté.
Elles ont simplement vécu avec détermination une passion encore peu autorisée aux femmes : celle de la liberté.
Dans les années 50, peur du qu'en-dira-t'on tient les femmes à l'écart de la moto.

*De la nuit des temps jusqu'au 20e siècle, dans les pays latins du sud de l'Europe, les femmes appartiennent stricto sensu aux mâles de leur famille. Elles appartiennent légalement à leur père quand elles sont vierges, à leur époux quand elles sont mariées, à leurs fils quand elles sont veuves.
"Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre. Ni de réussir pour persévérer". Annemarie Schwartzenbach, aventurière non motarde.

Article dans "motos sport Suisse", 09.09.04
Livre "Elles ont conquis le monde" 1850-1950, Alexandra Lapierre et Christel Mouchard, 2007

Et la culture motarde dans tout ça ?

Culture propre et particulière, avec ses rites, ses codes, ses valeurs, parfois vue comme dangereuse et agressive. Elle peut être qualifiée de sexiste, voire de machiste.

Juliette Steiner

Suisse. Née en 1917 à Villeurbanne, près de Lyon, de parents suisses. De famille modeste. Logement d'une pièce, Juliette, enfant, dormait dans un lit fabriqué à partir d'une caisse de maccaronis... En Suisse, elle passe son enfance entre école, travail des champs et soin des animaux.
Formation de secrétaire-comptable, elle travaille à Kirchberg. Retourne à Yverdon, rencontre Ernest, son futur mari. Elle passe ensuite une licence de course de vitesse sur gazon.

Adhère au club d'Yverdon et de Lausanne avec son mari.

Elle finit 5e lors des 500 km d'endurance de Genève en 1957.
Participe au rallye Cannes - Genève - Cannes 1956, pendant deux jours et demi.
Voyage en Italie, en France, en Allemagne, en Espagne et en Pologne.

Wima

Lors de tous ces voyages, elle rencontre de nombreuses femmes, qui, comme elle, aiment la moto mais souffrent parfois d'être seules femmes dans leur club.
En 1958, elle crée la Wima en Europe avec huit autres femmes. Après un grave accident à moto, elle garde les liens avec la moto et organise le Rallye international d'Yverdon en 1976.

dimanche 12 octobre 2008

Augusta et Adeline Van Buren

Source : site internet dédié aux soeurs Van Buren

Les soeurs Adeline et Augusta sont les premières femmes à traverser l'Amérique en 1916, de New York à San Francisco. Elles partent le 4 juillet et arrivent à Los Angeles le 8 septembre.
Elles passent par Buffalo, Chicago, Omaha. Elles grimpent le sommet du Pikes Peak, à 4 300 m. Adeline, la cadette, était professeur d'anglais.

Linda Dugeau

Fondatrice de Motor Maids en 1940.

Theresa Wallach

Theresa Wallach traverse l'Afrique dans les années 30.

vendredi 3 octobre 2008

Louise Scherbyn

In Road Rider magazine. Louise Scherbyn.

Louise Menzer Scherbyn est née le 9 novembre 1903 à Waterloo, New York.

En 1933, son mari Georges lui apprend à conduire une moto.

En 1934, Louise possède sa première moto, une Indian Pony de 1932.
Louise a eu trois motos, toutes des Indians. Sa deuxième moto est une Scout, 1936. Sa dernière moto est une Scout, 1940.

Elle fonde la Women's International Motorcycle Association en 1950.

Source : "Louise Scherbyn - Pioneer Cyclist", par Alice Turner, Road Rider magazine, 1974.

Elle meurt en juin 2003 (New York).

Source : "Scherbyn Obituary", Finger Lakes Times, 2003

mercredi 1 octobre 2008

Linda Bootherstone

Linda Bootherstone/Bick a traversé l'Afrique toute seule en 1974-75, avec une bmw 500 de 1957.
Elle vient de voyager pendant un an de Londres à Melbourne toute seule aussi, à l'age de 60 ans... Elle vit aujourd'hui en Australie.

Linda est diplômée en géographie, histoire, anthropologie et a enseigné. Elle écrit des chansons, joue de la guitare, ainsi que d'autres instruments.

Source : "Sixty, and she's still vrooming", The Hindu, 22.02.2006.

Bessie Springfield

© 2008, Motorcycle Hall of Fame Museum, Ohio, USA
© 2008, Motorcycle Hall of Fame Museum, Ohio, USA
© 2008, Motorcycle Hall of Fame Museum, Ohio, USA



Bessie "The Queen of Miami", années 1950-60.
Bessie, connu sous le nom de BB, afro-américaine, est née en 1911, à Kingston, en Jamaïque. Elle est amenée à Boston, orpheline, à l'âge de 5 ans. Bessie est élevée par une femme Irlandaise.
Elle réalise des cascades.
Dans les années 30 et 40, Bessie effectue huit longues distances. De plus elle roule à une époque où le racisme constituait une réelle menace.
Elle trouve son courage dans deux choses : sa foi dans la religion catholique et les valeurs que lui enseigne sa mère adoptive.
A 16 ans, elle conduit sa première moto, une Indian Scout de 1928. Elle a eu 27 Harleys durant toute sa vie.

mercredi 17 septembre 2008

Quelques noms de pionnières

Bessie Stringfield, Dot Robinson, Linda Dugeau, Theresa Wallach, Adeline and Augusta VanBuren, Fay Taylor (courses dans les années 20).

Anne France Dhauteville, Violette Morris, Violaine Sanson, Dany dieudonné, Henriette Maurel, Anne-Marie Lagauche, Agnès Acker (plus de 110 000 km avec diverses motos).

Ellen Pfeiffer (Allemagne, plus de 500 000 km), Maryvonne Fagot, Hazel Mayes (Australie) , Linda Bootherstone, Donata Vanutelli, Juliette Steiner.

Kerry Kleid, Effie and Avis Hotchkiss, Clara Wagner, Debbie Evans.